English (United Kingdom) Slovenski (Slovenija) fr-FR Italiano (Italia) Deutsch (Deutschland) Català (Català) Norsk, Nynorsk (Noreg) Suomi (Suomi) Nederlands (België) Português (Portugal) Latviešu (Latvija)
Choisissez le type de recherche
 
  • Site
  • Web
Search
Agenda
FilterType of Event by
Filter by Select date
   
Find it!
Records  1- 15 of  81  
page1      
City
Image
Name
Miami
Art and Design in the Modern Age: selections from the Wolfsonian Collection
Dates:01/01/2007-31/08/2020

Art and Design in the Modern Age provides an intriguing overview of The Wolfsonian's exceptional holdings and showcases the museum's collection, which spans the period 1885 to 1945. The nearly 300 works on display provide insight into the ways design has influenced and adapted to the modern world. The installation explores the many focal points of The Wolfsonian's collection, including design-reform movements, architecture, urbanism, industrial design, transportation, world's fairs, advertising, political propaganda, and labor iconography.
Inaugurated in November 1996, this ongoing exhibition is periodically updated.

New York
New Galleries for 19th- and Early 20th-Century European Paintings and Sculpture, including the Henry J. Heinz II Galleries
Dates:08/12/2007-31/12/2020

The New Galleries for 19th- and Early 20th-Century European Paintings and Sculpture are reopening with renovated rooms and 8,000 square feet of additional gallery space—the Henry J. Heinz II Galleries—to showcase works from 1800 through the early twentieth century. The renovated galleries feature all of the Museum's most loved nineteenth-century paintings, which have been on permanent display in the past, as well as works by Bonnard, Vuillard, Soutine, Matisse, Picasso, and other early modern artists. Among the many additions are a full-room assembly of "The Wisteria Dining Room," a French art nouveau interior designed by Lucien Levy Dhurmer shortly before World War I that is the only complete example of its kind in the United States; Henry Lerolle's enormous The Organ Rehearsal (a church interior of 1885); a group of newly accessioned nineteenth-century landscape oil sketches; and a selection of rarely exhibited paintings by an international group of artists.

Helsinki
DECADES OF FINNISH ARCHITECTURE 1900–1970
Dates:27/03/2010-31/12/2020
The exhibition explores the history of building in the 20th century against a background of Finnish society, taking into account economic, political and technological developments. These factors have always influenced not only the volume of building but also the architectural shapes. Phenomena connected with construction are viewed from a broad perspective, and from larger to smaller; from urban planning to façade materials and interior decoration.
Copenhagen
Danish and Nordic Art 1750-1900
Dates:28/05/2011-01/01/2035
From the birth of Danish painting through the famous Golden Age of Danish art to the dawn of Modernism. The major features of Danish and Nordic art over 150 years are unfolded in a display that features both an historic overview and special themes of immediate relevance to contempoary life, while also focusing on artists of particular importance. At the same time, this display casts light on some of the more overlooked chapters in the history of Danish art.
Winter Park, Florida
Secrets of Tiffany Glassmaking
Dates:04/09/2012-04/09/2020

Louis Comfort Tiffany (1848–1933) began his work in glass with the same tools and ingredients that had been used by artisans for thousands of years before him. Tiffany took the science of glassmaking, however, and elevated it to an art form of new brilliance and beauty. Under his watch, teams of talented designers and craftspeople translated Tiffany’s all-encompassing vision into some of the most memorable glass creations of our time. Tiffany’s studio system was not a simple enterprise; he needed specialized employees—a hierarchy of artists and artisans—to accomplish his goals. This exhibition, updated and reinstalled on September 4, 2012, addresses the processes that Tiffany’s many companies used to produce everything from glass mosaics and molded buttons to leaded-glass lamps and windows.

Bruxelles
Bruxelles Patrimoines 006-007
Dates:01/01/2013-01/01/2999
La Direction des Monuments et Sites du Ministère de la Région Bruxelles-Capitale vient de publier un numéro spécial de la revue Bruxelles Patrimoines dédié aux journées du patrimoine 2013, sur le thème « Bruxelles, m’as-tu vu ? ».
Bruxelles
Métamorphoses Trois siècles de développement urbain à Schaerbeek
Dates:28/08/2014-31/08/2020
Exposition permanente dès le 28 aout – Galerie de l’Hôtel communal Le long mur au dessus de la salle des guichets va accueillir une exposition, conçue par l’Association pour l’étude du bâti, qui évoque comment Schaerbeek, petit village rural, est devenu la commune de 130.000 habitants que nous connaissons. En 1777 c’est la verte campagne, Schaerbeek compte 1138 habitants essentiellement autour de l’ancienne église St-Servais. On y cultive les légumes et la fameuse griotte. Vers 1850, la ville se déploie, le tracé royal se prolonge sur le territoire de Schaerbeek, on construit l’église Ste-Marie, la gare du Nord. Schaerbeek a désormais 11500 habitants. Dans la seconde moitié du XIXème Victor Besme et Octave Houssa sont les deux visionnaires du développement du grand Bruxelles pour le premier et de Schaerbeek pour le second. Schaerbeek, entre 1890 à 1914, passe de 50000 à 100000 habitants ! Pour cette nouvelle population, la commune s’équipe : un hôtel communal somptueux, des parcs, des écoles, des bâtiments publics et des équipements sportifs…. L’entre deux-guerres voit naitre le quartier Terdelt et celui des Fleurs. Les années 60-70 l’arrivée de la RTBF/VRT et la construction de la tour Brusilia…. Aujourd’hui la zone de la gare Josaphat et le site de la RTBF sont les nouveaux enjeux de la ville de demain. A côté de ces vastes projets, des aménagements locaux, au cœur des quartiers complètent le panorama d’une commune en changement. Une initiative de l’échevinat de l’urbanisme, du patrimoine et de la rénovation urbaine Avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Echevins de la Commune de Schaerbeek Conception : L’Association pour l’Étude du Bâti - APEB Scénographie et graphisme : Juliette de Patoul Horaires d’ouverture de l’Hôtel communal Galerie du 1er étage – Accès libre
Doesburg
Jan Toorop & Het Animisme
Dates:09/07/2017-03/06/2018

The exhibition has an innovative point of departure because the focus is entirely on Toorop’s origins; influenced by the jungle, Toorop remained ‘Eastern’. The exhibition shows that Toorop had great faith in the mystical world around us. During the exhibition, an extensive correspondence between Toorop and some of his female worshipers will be shown. In addition, work from Annie Hall, Toorops’ wife and work by students such as Mies Elout-Drabbe and Riet van Houten will be on show. Around this exhibition, lectures take place regularly, focusing on the influences of life in the former Dutch-Indies on Toorop, animism, his style of work and color use.

Rovigo
European Secessions: Munich, Vienna, Prague, Rome - The wave of modernity
Dates:23/09/2017-21/10/2018

The Secession brought modern art to a new, more dynamic, debate that widened early in other cities such as Prague (Secession), Budapest (Magyar Szecesszió), Sofia, Warsaw (Secesja), Belgrade and Zagreb (Secesija), propagating a stiffened taste of the fluxes of French Art Nouveau and Anglo-Saxon Liberty, but which included styles of various national traditions.

Moscow
Russian Style. From Historicism to Modernity
Dates:20/10/2017-31/12/2020

2017 was declared the year of the "Russian style" in the framework of the program "The Property of Russia. Traditions for the Future "of the All-Russian Museum of Decorative, Applied and Folk Art. This year the Museum opens a new permanent exhibition "Russian Style. From historicism to modernity "in the halls of the main house of the Osterman manor. The task of the new permanent exhibition is not only the display of priceless collections of the All-Russian Museum of Decorative and Applied Art, but the disclosure of the concept of "Russian style" in a pan-European context, the demonstration of the principles of the formation of its stylistics in comparison with the European artistic processes of the development of the national-romantic trend of modern style in different countries "Art Nouveau" in France and Belgium, "modern" in England, "Jugendstil" in Germany, "secession" in Austria), which will be discussed in the opening room of the exposition.

Elbeuf
Le temps des collections VI: l'étonnes Thonet, l'aventure industrielle du bois courbé
Dates:24/11/2017-28/05/2018

a Fabrique des Savoirs mettra à l'honneur l’entreprise Thonet le temps d’une exposition mettant en avant ce style si particulier reconnaissable à ses courbes raffinées.

Pour sa sixième édition du Temps des Collections, la Réunion des Musées Métropolitains accueillera les pièces maîtresses de la collection d’art décoratif du Musée d’Orsay dans 8 des musées de la métropole Rouen Normandie.

La Fabrique des Savoirs s’intéresse tout particulièrement au mobilier conçu par l’ébéniste Michaël Thonet qui révolutionna les arts décoratifs avec un style innovant sur le travail des meubles en bois. Initialement conçu pour les classes populaires, le mobilier Thonet envahit rapidement tous les lieux publics : administrations, restaurants, cafés, hôtels, théâtres… A l’instar des manufacturiers alsaciens qui profiteront de leur installation à Elbeuf pour porter leur production textile à l’échelon industriel, l’ébéniste allemand permettra à son entreprise de passer de la production artisanale à la production en série grâce à son invention du procédé du bois courbé. L’exposition présentera les modèles les plus emblématiques de ce style de mobilier particulier.

La réussite de la marque Thonet réside dans le génie de son fondateur, Michaël Thonet qui a su allier la beauté des formes à la production industrielle de masse. Une success story alliant depuis ses origines l’innovation, la tradition et l’audace au service d’une production de meubles qui évolua au gré des styles. L’exposition propose de retracer l’histoire de cette entreprise familiale à travers une sélection de mobilier en bois courbé et en acier tubulaire.

Bruxelles
Ouverture de la joaillerie Wolfers Frères
Dates:29/11/2017-30/12/2018

105 ans après l’inauguration solennelle de la joaillerie Wolfers Frères en 1912, l’intérieur de ce magasin mythique sera de nouveau visible dans sa configuration d’origine. Pour accueillir cet intérieur, le Musée du Cinquantenaire a choisi une salle de forme et de superficie quasiment identiques à l’espace aménagé jadis par Victor Horta dans le bâtiment situé rue d’Arenberg, à Bruxelles. Sur base d’une étude historique approfondie, les vitrines et les présentoirs seront de nouveau agencés de la façon imaginée par Horta. Le mobilier du magasin Wolfers, qui était présenté jusqu’ici de façon provisoire dans le musée, a été démonté, tandis que les autres éléments intérieurs ont été sortis de la réserve dans laquelle ils étaient stockés. Les portes d’entrée originales seront également intégrées à la nouvelle présentation, de sorte que les visiteurs pénétreront dans la salle de la même manière que la clientèle de la joaillerie le faisait à l’époque. L’intérieur du magasin a été restaurée selon les règles de l’art. Les meubles, réalisés en acajou de Cuba, ont été nettoyés et la couche de vernis originelle remise à neuf. Le revêtement de velours à l’intérieur des armoires a été recréé sur base du tissu original. La patine des ornements en bronze a été rafraîchie. Ainsi, l’harmonie des coloris telle que Horta l’avait voulu à l’origine sera de nouveau visible. Le rouge sombre de l’acajou poli, le vert foncé du velours et les accents dorés de la quincaillerie s’associent ainsi de façon harmonieuse avec le mauve des murs. Grâce à cette restauration et cette reconstruction poussées, les visiteurs auront réellement l’impression de franchir les portes de cet ancien temple bruxellois de l’objet de luxe.

Martigny- Suisse
Toulouse-Lautrec A la Belle Epoque – French Cancans – Une collection privée
Dates:01/12/2017-10/06/2018

La Fondation Pierre Gianadda a le privilège de pouvoir exposer pour la première fois en Europe, une collection privée européenne exceptionnelle qui compte en particulier plus d'une centaine d'affiches et d'estampes choisies parmi les feuilles les plus spectaculaires d'Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901). Faut-il le souligner, le jeune Lautrec livra en moins de quinze ans une production considérable où se distingue en particulier son art graphique : il mourut en 1901 deux mois avant son trente-septième anniversaire – ayant donc vécu moins longtemps qu'un autre météore de l'art de son temps, son aîné et camarade, Vincent Van Gogh. Prolixe et sans façons, ce fils de haut lignage, à l'ascendance aristocratique bordelaise ancienne, s'imposa en une dizaine d'années (1890-1900) comme un travailleur hors pair, un graveur, lithographe et affichiste parisien à l’œil et à la griffe bien acérés – sans aucun doute le plus franc-tireur de « La Belle Epoque » fin de siècle – libéré de son apprentissage dans les ateliers de Bonnat puis de Cormon. N'oublions pas pour autant son accomplissement magistral comme peintre indépendant, hors de tout mouvement esthétique grégaire, affranchi des impressionnistes comme des nabis. Ce personnage au handicap physique lourd – sa légendaire petite taille contrefaite d'origine consanguine et les souffrances physiques et mentales qu'il en subit le marquèrent cruellement – sut toutefois développer avec tact et alacrité, un appétit de vivre glouton et un sens de l'amitié canaille hors du commun. Une preuve éclatante parmi d'autres : l'affiche de lancement de La Revue Blanche fondée par les frères Natanson où l'élégante Misia en costume de patineuse, un long manteau bleu moucheté de rouge, derrière une mantille qui voile sa capeline, les mains dans un manchon de fourrure, semble s'élancer en pleine rue vers quelques beaux esprits sortis de son salon littéraire parisien. Mais le visiteur pourra surtout revivre à travers ces œuvres d’art cet âge d’or de la vie nocturne montmartroise, la bohème bruyante et gaillarde, enivrée par les chansons grivoises et les chahuts polissons des cabarets réservés, Le Mirliton, Le Jardin de Paris, Au Moulin de la Galette – les beuglants, Le Chat noir – les cafés-concerts Le Moulin rouge, Le Divan japonais ou Les Folies Bergère – mais aussi les théâtres parisiens (Les Ambassadeurs où se produit Aristide Bruant) ou du cirque (La clownesse Cha-U-Kao). Par la déclinaison savante de ses hauts placards en couleurs, les images en clair-obscur renvoyaient a giorno les têtes d'affiche les plus crânes de l'époque, La Goulue et son mentor Valentin le Désossé, Yvette Guilbert, Jane Avril avant les divas du théâtre Marcelle Lender, May Belfort ou Sarah Bernhardt… Mais Lautrec est aussi, grâce à Bonnard, l'admirateur des cycles Simpson et le lecteur des romans populaires signés Victor Joze (Reine de joie, mœurs du demi-monde). Cet accrochage pluriel centré autour de l'univers très inspiré des estampes que Lautrec a su porter à son acmé, eut été naturellement incomplet si l'on avait gardé sous le manteau les épreuves audacieuses du recueil Elles. Dans cette suite de onze lithographies en couleurs, Lautrec traduit avec tendresse et humanité, l'intimité sans phrases qu'il partageait avec les filles de joie complices de leurs marchandes d'amour dans les maisons closes si chères à son cœur et plus encore à son corps… « tes yeux sont comme un reflet d'étoile dans une ornière » leur chuchotait alors son ami et contemporain Jules Renard… Henri de Toulouse-Lautrec, l'homme qui aimait les femmes, rongé d'éthylisme et de syphilis, vint s'éteindre en 1901 dans le château familial de Malromé en Gironde. Ayant accompli une œuvre sans égale, il fut le plus rabelaisien comme le plus lucide des peintres de la modernité libérée de la Belle Epoque… En complément de ce florilège exceptionnel, un ensemble très choisi de peintures et de feuilles originales de ses contemporains et amis dont le collectionneur a patiemment retrouvé des exemples magistraux – dont un chef d’œuvre redécouvert de Louis Anquetin, L'Intérieur de chez Bruant – Le Mirliton, toile de 1886 – mais aussi des œuvres de Pierre Bonnard, Théophile Alexandre Steinlen, Félix Vallotton, Jacques Villon et… Picasso (suite complète des "Saltimbanques") resituent bien le propos dans un Paris de la 3e République, très marqué par le verbe de Zola et l'Affaire Dreyfus, entre modernisme fin de siècle et actualité de la vie quotidienne. Daniel Marchesseau, Commissaire général de l'exposition

Edinburgh
A New Era: Scottish Modern Art 1900-1950
Dates:04/12/2017-10/06/2018

The exhibition examines the most progressive work made by Scottish artists as they absorbed and responded to the great movements of European modern art. More than 100 paintings, sculptures and works on paper by over 50 artists are on display. The exhibition charts Scottish modernism from when JD Fergusson and SJ Peploe experienced at first-hand the radical new work produced in Paris by artists such as Pablo Picasso and Henri Matisse, to the turn of the 1950s, when emerging Scottish artists like Alan Davie, Doris Zinkeisen, William Gear, Margaret Mellis, and Eduardo Paolozzi were at the forefront of European contemporary art.

The exhibition is named after the New Era group established in Edinburgh in 1939 to show the experimental work of its members. As a compliment to A New Era, Magazines and Manifestos: British Periodicals from 1890 to 1950 is a display in the Keiller Library which explores the proliferation of ‘little magazines’ which became a preferred format for many literary and artistic groups, whose proponents were keen to spread the word and disseminate their new and often radical ideas to a wider public.

Glasgow
Mackintosh 150
Dates:14/12/2017-31/12/2018

A year-long programme of events has been launched (14 December 2017) to mark the 150th anniversary of the birth of Charles Rennie Mackintosh. Exhibitions, events, seminars and tours will take place across 2018 to celebrate the incredible legacy and creative genius of Glasgow’s great cultural icon. Mackintosh 150 is being co-ordinated by Mackintosh heritage partners from across Glasgow and beyond, who have come together to create a year-long celebration throughout 2018.

With the support of the Culture Programme of the European Union

Responsible publisher: Bety Waknine, General Director,
Bruxelles Urbanisme & Patrimoine,
CCN - Rue du Progrès 80, B. 1, 1035 Brussels - Belgium