Nouvelles du réseau
Filter by
   
Find it!
Records  16- 20 of  442  
page   4           

Restaurations de la Villa Majorelle et du Musée de l’Ecole de Nancy à Nancy


Villa en travaux !

Classée Monument Historique en 1996, la Villa Majorelle connaît en 1999, une restauration partielle de l'extérieur qui permet aujourd'hui de mieux appréhender la richesse polychrome des matériaux utilisés par l'architecte. Après une première campagne de travaux en 2013, d’importants travaux ont été engagés à l’automne 2016, et pour une durée d’un an. La villa retrouvera ainsi sa silhouette familière. Cette campagne sera suivie dans un second temps d’une réhabilitation plus complète de l’intérieur du bâtiment -restauration et remise en situation de mobilier dans son cadre d'origine- pour faire de ce lieu Art nouveau une maison unique, témoin du lien très fort qui unissait sans distinction tous les arts.

Campagne de travaux 2016-2017 :

L’atelier Grégoire André, qui assure la maîtrise d’œuvre des travaux, a réalisé en collaboration avec d’autres entreprises spécialisées, une série d’études préalables nécessaires au diagnostic complet de l’édifice. A la suite de ces études, il a été décidé de refaire intégralement la toiture, qui présentait des infiltrations, afin de lui redonner son aspect d’origine, tant par l’emploi d’ardoises biaisées et noues rondes, que par la restauration des cheminées, et en particulier, la remise en place des mitres, déposées en 2004.

A cet effet, un échafaudage complet, surmonté d’un parapluie total protégeant des intempéries, a été construit autour de la villa. L’ensemble de la charpente a été mise à jour, permettant de découvrir des reprises antérieures et d’apporter plusieurs informations sur la toiture d’origine. Les mitres de cheminée en grès flammé d’Alexandre Bigot, parties en restauration dans un atelier parisien, ont été nettoyées et préparées pour retrouver leur emplacement d’origine dans les prochaines semaines. Parallèlement, a été entrepris un nettoyage des façades, complété par le remplacement des pierres abimées, la réfection de certains joints, le nettoyage des éléments de grès, la restauration de la fresque à décor de coq et la mise en peinture des menuiseries.

Enfin, dans un dernier temps, les balcons, et en particulier les éléments métalliques (garde-corps, parapet…) doivent être restaurés, consolidés et réinstallés. Malgré les conditions climatiques difficiles de ce début d’année qui obligent à reporter certaines interventions, les travaux avancent au rythme prévu. Rendez-vous en septembre !

Le musée de l’Ecole de Nancy se refait une beauté !

Depuis l’automne 2016, le musée de l’École de Nancy, situé dans l’ancienne propriété d’Eugène Corbin, subit une campagne de travaux de rénovation extérieure.

Sans rivaliser avec l’impressionnant échafaudage de la villa Majorelle, le musée a droit lui aussi à son armature métallique pour quelques semaines encore.

Ainsi, la terrasse qui domine le jardin, située à l’entrée du musée, subit-elle actuellement une rénovation consistant en un changement du revêtement du sol, fragilisé par le temps et devenu trop lourd pour la structure, une réfection des garde-corps et des jardinières métalliques d’époque, par nature très sujettes aux dégradations, et la pose d’un nouveau chéneau. Cette partie des travaux doit être achevée à la fin du mois de février.

D’autres interventions doivent suivre, telles que la remise en peinture des portails, grilles, volets, garde-corps et ensemble des menuiseries donnant sur le jardin, la réfection de certains sols extérieurs en pierre et carrelage ou encore le ravalement des murs de clôture et des murets du jardin.

Toutes ces opérations sont menées progressivement, afin de gêner le moins possible le visiteur lors de son passage.

Plus d’informations


Picture: Henri Sauvage, Villa Majorelle © MEN, photograph: Pierre Mignot

Publication du 22e numéro de Bruxelles Patrimoines par la DMS à Bruxelles – juin 2017


La revue Bruxelles Patrimoines consacre son 22e numéro à l’Art nouveau. Sans viser une exhaustivité quelconque, elle propose, au travers de différents articles et témoignages, de démontrer qu’au delà de l’image idéelle que nous pensons avoir de l’Art nouveau, se cachent encore maintes énigmes et découvertes à faire. De même qu’au-delà d’une protection que l’on peut croire garantie par l’engouement touristique ainsi que par la médiatisation autour de ce style, la vigilance reste de mise pour assurer la pérennité de ces chefs-d’œuvre qui font la renommée de Bruxelles, plus que jamais Capitale de l’Art nouveau.

Suis une invitation à voyager encore un peu plus loin dans le temps, à la decouverte du Bruxelles du XVIIe siècle. Tout d’abord, en revêtant la casquette d’enquêteur à la recherche de l’identité d’un mystérieux hôtel urbain bruxellois représenté sur un remarquable tableau récemment acquis par la Fondation Roi Baudouin mais resté longtemps non identifié. Ensuite en partant à la decouverte des paysages bruxellois du XVIIe siècle grâce aux dessins de l’artiste florentin Remigio Cantagallina auquel seront consacrés, cet été, pas moins de trois expositions et trois publications. Un rendez-vous assurément à ne pas manquer !

Plus d’informations


Picture: Cover of the "Bruxelles Patrimoines" Magazine © DMS - SPRB

Appel à intérêt projet de thèse L’Art nouveau et l’esthétique dans l’art et la littérature belge (1890-1920)


A l’intérieur/A l’extérieur : l’Art nouveau et l’esthétique dans l’art et la littérature belge (1890-1920)

Supervisé par la Professeure Claire Moran, Queen’s University of Belfast Secondairement supervisé par le Professeur Denis Laoureux (Histoire de l’art), Université Libre de Bruxelles (ULB).

Cette thèse questionne d’une part la relation entre l’émergence du mouvement architectural, conventionnellement appelé Art nouveau et d’autre part une idée fixe avec les espaces intérieurs domestiques dans l’art et la littérature belge au tournant du siècle.

La prise de fonction est prévue pour septembre 2017.

Plus d’informations

Contactez Claire Moran (c.moran@qub.ac.uk) et Denis Laoureux (dlaoureux@gmail.com) pour exprimer votre intérêt.


Picture: Fernand Khnopff, Roses, 1912

Exposition Save/Change the City à la Fondation CIVA à Bruxelles – du 23 juin au 24 septembre 2017 


L’expropriation des habitants du quartier des Marolles pour faire place à l’agrandissement du Palais de justice, les Halles Centrales qui doivent céder leur place à un nouveau parking (le Parking 58, vous connaissez?), l’idée absurde de l’autostrade urbaine, la destruction de la Maison du Peuple de Victor Horta, le plan Manhattan qui transforme le quartier Nord résidentiel en un quartier d’affaires à la façon américaine : dans les années 1950 et 1960 la bruxellisation fait des dégâts. Bruxelles ressemble à une ville en destruction dans une période sans guerre. La ville est livrée aux promoteurs. Des quartiers entiers sont détruits. Les habitants sont expropriés. Et ceci avec le soutien du gouvernement. La philosophie ? La ‘modernisation nécessaire’ de la ville.

Mais la résistance s’organise. Les premiers comités de quartier naissent et le peuple se révolte. Les soixante-huitards ont un objectif clair. Deux associations voient le jour : les Archives d’Architecture Moderne et Sint-Lukasarchief. Elles défendent les intérêts des Bruxellois, l’héritage urbain, l’architecture et le patrimoine. En 2017, elles sont regroupées au sein de la Fondation CIVA.

L’exposition Save | Change the City retrace leurs luttes contre la bruxellisation et les alternatives proposées pour rendre la ville vivable. Une ville qui respecte ses citoyens, son architecture et son patrimoine. Leurs armes principales : constituer des archives. Le patrimoine est inventorié, des études sont menées – sur l’importance de Victor Horta et l’art nouveau par exemple –, des bibliothèques voient le jour et des expositions sont organisées. Cela pour compenser le manque de vision des promoteurs et du gouvernement quant à l’aménagement urbain et leur manque de respect du patrimoine.

L’exposition montre d’une part l’incroyable richesse des Archives d’Architecture Moderne et de Sint-Lukasarchief : des centaines de plans originaux, des contre-projets pour des quartiers, des rues, des bâtiments, des affiches de protestation, des manifestes… D’autre part, le visiteur est replongé dans cette époque grâce aux archives d’images de la VRT/RTB et aux reportages des années 1960 et 1970 qui donnent la parole aux Bruxellois. Les visiteurs, jeunes et moins jeunes, (re)découvrent Bruxelles et son passé et l’impact que ce changement de ‘vision’ a eu sur la ville et ses habitants.

Plus d’informations 


Picture: Poster of the exhibition "Save/Change the City" © Fondation CIVA Stichting

Exposition Images de femmes au Musée Leopold à Vienne – du 7 juillet au 18 septembre 2017


Du Biedermeier aux début du Modernisme

Cet été, une série de présentations thématiques présentant la collection permanente dirigeront les projecteurs sur les images féminines de la Collection Leopold. La sélection des œuvres se focalisera sur la période 1830-1930.

La première partie de la présentation soulignera des thèmes spécifiques, tels que les portraits féminins, les représentations de la maternité, l’environnement des femmes, la représentation de femmes dans leur jeune et vieil âge, ainsi que les femmes comme modèles nus.

La seconde partie de l’exposition est dédiée aux œuvres créées par des artistes féminines, incluant des peintures, des œuvres graphiques et des sculptures par Tina Blau, Marie Egner, Olga Wisinger-Florian, Broncia Koller-Pinell, Käthe Kollwitz, Emma Bormann, Wally Wieselthier, Maria Likarz and Kitty Rix.

Plus d’informations 


Picture: Koloman Moser, Venus in der Grotte, um 1914 © Leopold Museum, Wien

With the support of the Culture Programme of the European Union

Responsible publisher: Arlette Verkruyssen, General Director,
Brussels Regional Public Service - Bruxelles Développement urbain (Brussels Urban Development),
CCN - Rue du Progrès 80, B. 1, 1035 Brussels - Belgium