Agenda

Ongoing and upcoming Art Nouveau exhibitions, visits and more...

FilterType of Event by
Filter by Select date
   
Find it!
Records 106-120 of 500  
page       8       
City
Image
Name   
Paris
Paul Poiret Couturier Parfumeur — Couturier Perfumer
Dates:01/01/2050-01/01/2999
« En habillant l’époque » — Rares ont été les créateurs de mode qui se sont autant impliqués dans l’innovation et l’exploration de l’étendue des possibilités offertes par les arts appliqués. Curieux, inventif, audacieux, Paul Poiret « le Magnifique » régnait sur l’univers parisien de la mode. Au coeur des activités mondaines et artistiques tourbillonnantes de la capitale, il s’est enthousiasmé pour le théâtre, les Ballets russes, la musique et la peinture. Un vent de liberté, de modernité et de gaieté soufflait sur sa maison de couture. Il fut le premier couturier à lancer sa maison de parfumerie Les Parfums de Rosine (1911) et n’a cessé de penser et d’intégrer la mode dans l’espace et l’art de vivre. Réputé pour ses fêtes somptueuses, complice des années folles, décor, audace, tout était possible. Homme de communication avant l’heure, Paul Poiret a construit sa mode avec le concours d’artistes peintres et d’illustrateurs reconnus. La publicité faite autour de ses parfums poussait au rêve. Adulé, riche et célèbre, le « King » de cette foisonnante période Art déco a pourtant quitté le monde en 1944, seul et ruiné. / — “Fashioning the Century” — Couturiers who were deeply committed to innovation and exploring the vast possibilities offered by the decorative arts were rare indeed in the past. Curious, inventive and bold, Paul Poiret “the Magnificent” reigned over the Parisian fashion world. At the very heart of the society and artistic whirl of the capital, he was passionate about the theater, the Ballets Russes, music and painting. Winds of freedom, modernity and delight swept over the Poiret couture house. He was the first designer to launch his own perfume company, Les Parfums de Rosine (1911), and never tired of conceiving and blending fashion in space and the art of living. Famous for his sumptuous parties, synonymous with the Roaring Twenties, décor and audacity – anything was possible. A public relations man before his time, Paul Poiret fashioned his mode with the support of celebrated painters and illustrators. The advertising developed for his perfumes sparked the imagination. Adulated, rich and famous, the king of this profuse Art Deco period perished in 1944, forlorn and destitute. Coédition Musée international de la Parfumerie, Grasse / Somogy éditions d'Art Exposition organisée par le Musée international de la Parfumerie de Grasse, du 1er juin au 30 septembre 2013. Ouvrage bilingue français-anglais. 144 pages, 130 illustrations 22 x 28 cm 25 €
Bruxelles
Paul Jaspar architecte 1849-1945
Dates:01/01/2050-01/01/2999
2009 marque le 150e anniversaire de la naissance de l’architecte liégeois Paul Jaspar. La Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles (CRMSF), a souhaité rendre hommage au chef de file de l’architecture moderne liégeoise à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, par le biais d’un livre accompagnant l’exposition Paul Jaspar architecte (1859-1945) : patrimoine et modernité, présentée au Grand Curtius à Liège, du 5 septembre au 25 octobre 2009. Ce livre a l’ambition d’évoquer non seulement l’architecte, mais également l’homme, l’artiste et l’archéologue. Ses réalisations les plus marquantes y sont présentées au travers de nombreux dessins, croquis et plans d’architecture, conservés au Centre d’Archives et de Documentation de la CRMSF ; ils illustrent quelque quarante-cinq projets ou constructions exécutées entre 1884 et 1932. De nombreuses photographies anciennes et les écrits de Paul Jaspar permettent de cerner ses passions et son érudition. Nombre de courriers et rapports conservés dans les archives de la CRMSF attestent de son engagement envers le patrimoine et de la sûreté de son jugement de membre correspondant. Cet ouvrage reprend parallèlement aux quelque trois cent cinquante notices des œuvres exposées, une étude biographique de l’artiste, ainsi qu’un dvd présentant un film de vingt-six minutes sur le précieux héritage laissé par cet architecte éminent et technicien érudit.
Brussel
Paul Hankar als interieurarchitect
Dates:01/06/2050-31/12/2099
Lieven Daenens, François Loyer, Werner Adriaenssens ISBN: 90-5130-498-6
Bruxelles
Parution du 10ème numéro de la revue Bruxelles Patrimoines
Dates:01/01/2050-01/01/2999
La Direction des Monuments et Sites du Service public régional de Bruxelles vient de publier le 10ème numéro de la revue Bruxelles Patrimoines qui se concentre sur l’architecte Art nouveau et Art déco Jean-Baptiste Dewin.
Bruxelles (Ixelles)
Paris-Bruxelles Deux siècles d’affinités architecturale
Dates:01/01/2050-01/01/2999
Second volume, après Vienne-Bruxelles, d’une série qui explore les allées et venues architecturales entre la capitale de la Belgique et ses voisines européennes. Le point de départ se situe dans la période 1794-1814, quand la Belgique était française et que ses architectes avaient l’occasion de se former à Paris, dans la célèbre école des Beaux Arts. Il va en résulter une tradition informelle d’échanges qui reflètent l’actualité culturelle des deux capitales. On voit ainsi Viollet le Duc consulté pour la restauration des vestiges de l’enceinte de Bruxelles, Léopold II faire appel à l’architecte orientalise parisien Alexandre Marcel, le jeune Rob. Mallet Stevens trouver son inspiration dans la maison de sa tante, le palais Stoclet, chef d’oeuvre du style Sécession, Hector Guimard et Henry Sauvage inventer leur propre style, l’un après avoir visité les oeuvres de Victor Horta, l’autre après fait la place chez Paul Saintenoy, un des maîtres bruxellois de l’Art Nouveau. Ces échanges ont laissé de nombreux témoignages présentés dans le livre. Ainsi, à Paris, l’Art Nouveau belge peut toujours être apprécié dans le restaurant de l’Hôtel des Dames de la Poste, rue de Lille, aménagé par Gustave Serrurier- Bovy, un des champions belges de l’Art dans Tout, et à Bruxelles, les rues témoignent de l’influence de l’Exposition des Arts décoratifs de Paris 1925 dans nombre d’habitations bourgeoises, d’églises ou d hôtels de ville fastueux. Si le Thalys a, depuis quelques années, considérablement réduit le temps de trajet entre les deux capitales, l’architecture les avait rapproché depuis longtemps, c’est ce lien artistique peu connu que retrace pour la première fois ce livre. Paris-Bruxelles Texte de Maurice Culot Ouvrage relié sous jaquette Texte : français Format :13 x 13 cm Nombre de pages : 64 environ +/– 80 illustrations couleurs et N/Bl ISBN : 978-287143-232-6 EAN : 9782871432326 PARUTION : décembre 2009 Prix : 12 €
Bruxelles (Ixelles)
Paris Belle-Epoque: Architectures 1890-1914
Dates:01/01/2050-01/01/2999
La pose de la première pierre du pont Alexandre III en 1896 amorce un âge d'or architectural dont l'Exposition universelle reste le symbole avec ses 50 millions de visiteurs, les Grand et Petit Palais, les gares de Lyon et d'Orsay et le métropolitain avec ses entrées souterraines dessinées par Guimard et ses sections aériennes par Formigé. La capitale renouvelle ses équipements, construit des écoles, des hôpitaux, des garages pour automobiles, des hôtels pour voyageurs, des sous-stations électriques en métal et en fer… Le souffle sportif impulsé par de Coubertin fait naître des stades, des piscines, des gymnases. Avec les grands magasins de nouveautés s'achève la mue commerciale entamée 50 ans plus tôt avec les passages couverts. Le mouvement mutualiste se libère des contraintes qu'avait dressées la peur de la classe ouvrière, et engendre la construction de somptueuses chambres syndicales, de bourses du travail, de maisons du peuple. Les lotissements se multiplient et l'ascenseur modifie la manière d'habiter, les derniers étages hier encore réservés aux démunis deviennent les plus recherchés. Les populaires bouillons Chartier déploient leurs arabesques Art Nouveau. Le métal, la céramique, le grès flammé ou émaillé font vibrer une dernière fois les façades avant le fatidique mois d'août 1914. Ouvrage relié sous jaquette 64 pages format : 13 X 13 cm environ 67 illustrations couleurs et N/Bl ISBN : 2-87143-157-4 EAN :9782871431572 Prix : 12€
 
Paris bars-déco, 150 cafés, bistrots et brasseries extraordinaires
Dates:01/01/2050-01/01/2999
Préface de Jack Lang: Vous aimez découvrir de beaux endroits ? Des univers esthétiques originaux, Art nouveau, Art déco, design, néo-bistrot, yéyé, contemporain, graff ou glamour ? Ce Guide Paris bars-déco vous invite à voyager de la Belle Epoque aux années 1930, de l’après-guerre aux seventies et jusqu’aux ambiances futuristes. Pour le prix d’un verre, explorez les styles, appréciez des atmosphères de caractère dans 150 adresses célèbres ou secrètes, chics ou insolites. Ce guide pratique référence les lieux par arrondissement, indique horaires et coordonnées. En prime, vous y glanerez des idées pour renouveler votre intérieur. « Des établissements luxueux aux plus populaires, l’histoire du design se lit à travers les styles des bistrots. La visite proposée par Hélène Milon et Pierrick Bourgault résume deux siècles de création, en flânant dans un petit patrimoine vivant accessible à tous.
Bruxelles
Paris Art nouveau: architecture et décoration
Dates:01/01/2050-01/01/2999
Collection "Europe 1900" 280 pages
 
Paris Art nouveau
Dates:01/01/2050-01/01/2999
Et si l'on allait se balader aujourd'hui dans Paris ? Ce petit guide nous emmène au coeur des facéties de l'Art nouveau à Paris, ce style architectural et décoratif qui vit le jour en 1900 en réaction au classicisme rigoureux du 19e siècle. Le Paris de la Belle Époque se livre ici au travers de ces édifices aux formes nouvelles qui se jouent d'asymétrie, combinent les matériaux modernes, briques, céramique, fer, fonte et béton. Le Castel Béranger, l'immeuble à gradins de la rue Vavin, Maxim's, Chez Julien, la synagogue de la rue Pavée, les bouches de métro... Tous ces édifices nous racontent les fantaisies de ce style vivant et inventif pour une balade pleine de curiosités...
Paris
Paris 1900, la Ville spectacle
Dates:02/04/2014-17/08/2014
L’exposition « Paris 1900, la Ville spectacle » invite le public à revivre les heures fastes de la capitale française au moment où elle accueille l’Exposition Universelle qui inaugure en fanfare le 20e siècle. Plus que jamais la ville rayonne aux yeux du monde entier comme la cité du luxe et de l’art de vivre. Plus de 600 oeuvres – peintures, objets d’art, costumes, affiches, photographies, films, meubles, bijoux, sculptures… - plongeront les visiteurs du Petit Palais dans le Paris de la Belle Epoque. Les innovations techniques, l’effervescence culturelle, l’élégance de la Parisienne seront mis en scène comme autant de mythologies de ce Paris dont la littérature et le cinéma n’ont cessé depuis de véhiculer l’image dans le monde entier. Dans une scénographie inventive intégrant le tout nouveau cinématographe au fil du parcours, le visiteur est convié à un voyage semblable à celui des 51 millions de touristes qui affluèrent à Paris en 1900. Le parcours organisé autour de six « pavillons » débute par une section intitulée « Paris, vitrine du monde » évoquant l’Exposition Universelle. A cette occasion, les nouvelles gares de Lyon, d’Orsay et des Invalides sont construites tout comme la première ligne du « métropolitain ». Des projets architecturaux, des peintures, des films mais aussi de pittoresques objets souvenirs et des éléments de décors sauvegardés, rappelleront cette manifestation inouïe. Mais Paris 1900 ne saurait se résumer à l’Exposition Universelle : la Ville lumière proposait bien d’autres occasions d’émerveillement et de dépenses. Dans les magasins de luxe et les galeries d’art, les amateurs pouvaient découvrir les créations des inventeurs de l’Art Nouveau, présenté ici au sein d’un second pavillon dédié aux chefs-d’oeuvre de Gallé, Guimard, Majorelle, Mucha, Lalique… La troisième section dévolue aux Beaux-Arts démontre la place centrale de Paris sur la scène artistique. À cette époque, tous les talents convergent vers la capitale pour se former dans les ateliers, exposer dans les Salons et vendre grâce aux réseaux montants des galeries d’art. Des toiles du finlandais Edelfelt, de l’espagnol Zuloaga ou de l’américain Stewart, évoqueront ce climat international. Mais l’accrochage confronte aussi les oeuvres de Cézanne, Monet, Renoir, Pissarro, Vuillard, avec celles de Gérôme, de Bouguereau ou Gervex, gloires acclamées tant de l’Académisme que de l’Impressionnisme enfin reconnu, du Symbolisme tardif ou de figures plus nouvelles, comme Maillol ou Maurice Denis, tandis que triomphe l’art d’un Rodin. Le visiteur découvre ensuite les créations d’une mode parisienne triomphante qui affichaient son succès dès l’entrée de l’Exposition Universelle dont la porte monumentale était surmontée d’une figure de Parisienne habillée par Jeanne Paquin. Les maisons de couture de la rue de la Paix attirent un monde cosmopolite et richissime, qu’imitent les midinettes. Les plus beaux trésors du Palais Galliera, telle la célèbre cape de soirée signée du couturier Worth, seront accompagnés de grands portraits mondains par La Gandara ou Besnard, et d’évocation du monde des modistes et des trottins sous le pinceau aussi bien de Jean Béraud que d’Edgar Degas. Les deux derniers pavillons offriront une plongée dans le Paris des divertissements : des triomphes de Sarah Bernhardt à ceux d’Yvette Guilbert, de Pelléas et Mélisande de Debussy à l’Aiglon de Rostand, de l’opéra au café-concert, du cirque à la maison close. Autant d’illustrations des côtés brillants et obscurs d’une cité qui se livrait sans compter afin de conforter l’idée qu’elle demeurait la capitale du monde et la reine des plaisirs. Les lieux mythiques comme le Moulin Rouge ou le Chat Noir, deviennent les sujets favoris d’artistes comme Toulouse-Lautrec. Des grandes demi-mondaines Liane de Pougy ou la belle Otero à l’enfer de la prostitution et de la drogue, l’exposition montre l’envers du décor, thèmes qui se révéleront être des sujets porteurs de révolutions esthétiques. Si le mythe de la Belle Epoque a perduré jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas seulement par contraste avec l’horreur de la Grande Guerre qui lui succéda, c’est bien parce qu’il repose sur un foisonnement culturel réel dont cette exposition veut rappeler la force inégalée. Plus beau joyau architectural subsistant de l’année 1900 à Paris, le Petit Palais consacre enfin à cette époque phare une grande exposition, accompagnée d’un programme événementiel et d’un parcours complémentaire dans les galeries permanentes enrichies de toiles inédites des collections : un juste hommage comme jamais Paris ne l’avait encore proposé.
Roma
Paolo Antonio Paschetto. Artiste, graphiste et décorateur entre Liberty et Deco
Dates:26/02/2014-28/09/2014
A l'occasion du 50ème anniversaire de la mort de Paolo Antonio Paschetto, peintre, dessinateur, illustrateur et auteur de l'esquisse du blason de la République italienne, sont promus à divers endroits des événements dédiés à son travail. A Rome, il y aura deux expositions différentes, et liées contemporain mais sur des thèmes différents, l'un sponsorisé par Rome Capitale au Casino dei Principi di Villa Torlonia sur Paschetto peintre et décorateur, un promu par le Ministère du Patrimoine et de la Culture et du tourisme au siège de l'Institut national pour les graphiques, dédié à l'emblème de la République et à la sortie graphique. - - - - - In occasione della ricorrenza dei 50 anni dalla morte di Paolo Antonio Paschetto, pittore, decoratore, illustratore nonché autore del bozzetto dello stemma della Repubblica italiana, sono promosse in varie sedi manifestazioni dedicate alla sua attività. A Roma si terranno due diverse esposizioni, contemporanee e correlate ma su temi differenti, una promossa da Roma Capitale presso il Casino dei Principi di Villa Torlonia su Paschetto pittore e decoratore, una promossa dal Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo presso la sede dell’Istituto Nazionale per la Grafica, dedicata all’emblema della Repubblica ed alla produzione grafica. La mostra Paolo Antonio Paschetto. Artista, grafico e decoratore fra liberty e déco al Casino dei Principi, la prima monografica tenutasi a Roma dal 1938, basandosi sul ricchissimo materiale inedito conservato presso gli eredi dell’artista a Torre Pellice, intende proporre al pubblico la figura poco nota di un importante artista formatosi nell’ambiente romano del primo ‘900 che nella Città svolse una intensa carriera di artista decoratore fino agli anni successivi alla proclamazione della Repubblica Italiana, della quale disegnò l’Emblema identificativo ufficiale adottato il 5 maggio del 1948. Attraverso le sue diverse sezioni dedicate ai grandi cicli pittorici laici e religiosi, ai modelli decorativi per gli interni, di squisito gusto art nouveau, all’attività di progettazione di oggetti d’arredo e d’uso, alle vetrate, fino alla produzione grafica nell’ambito della pubblicità e della filatelia, la mostra intende riproporre la versatile attività dell’artista, chiarendone gli ambiti operativi e ritrovando in ogni aspetto l’intenzionalità estetica e il rigore progettuale che lo rendono a pieno titolo un protagonista della cultura artistica italiana del primo Novecento.
Bruxelles (Ixelles)
Ouvrez la porte: La serrurerie décorative
Dates:01/01/2050-01/01/2999
De la grande clef égyptienne d'il y a 4000 ans, à la poignée d'aujourd'hui signée par un artiste, c'est la porte de l'univers de la serrurerie décorative qui est ici entr'ouverte. En Europe, celle-ci prend son vol autour de 1200. Au début du XIVe siècle, le métier de serrurier s'organise en corporations, c'est le temps des pentures ouvragées. Le XVe voit l'apparition des serrures à ornements puis, avec la Renaissance, les modèles gothiques s'effacent devant l'Antiquité qui cède à son tour devant l'esthétique baroque. Mais la suppression des guildes à la fin du XVIIIe siècle, puis l'industrialisation, sonnent le glas du métier. En 1851, l'anglais Linus Yale expose au Crystal Palace une clef plate à cylindre promise à un succès mondial. L'éclectisme, puis l'Art Nouveau et l'Art Déco, relancent la création et les architectes fournissent des dessins aux serruriers. Mais, c'est grâce à l'effort et la constance de quelques artisans d'art, à l'exemple de la firme Vervloet à Bruxelles, que la serrurerie décorative passe le cap du fonctionnalisme architectural de l'après-guerre pour répondre aujourd'hui aux nouvelles exigences des créateurs. Ouvrage relié sous jaquette 64 pages format : 13 X 13 cm environ 67 illustrations couleurs et N/Bl ISBN : 2-87143-158-2 EAN :9782871431589 Prix : 12€
Wolfsburg
Oskar Kokoschka. Humanist and Rebel
Dates:26/04/2014-17/08/2014
The Kunstmuseum Wolfsburg is celebrating its 20th birthday. The new building opened its doors in 1994 with a major survey exhibition dedicated to the French artist Fernand Léger entitled The Rhythm of Modern Life. 1911–1924. The Kunstmuseum Wolfsburg will now mark its 20th anniversary with a show devoted to the portraiture of another great classic modern artist, Oskar Kokoschka (1886–1980). Circa 55 paintings, 138 works on paper and numerous documents demonstrate the evolution of Kokoschka’s artistic talents based on portrait painting. The exhibition’s eleven chapters examine his early Viennese period (works for the Wiener Werkstätten and the Kunstschau), the Berlin years from 1910 to 1916 (the collaboration with Herwarth Walden and his contributions for “Der Sturm”) and his time in Dresden from 1916 to 1923. The exhibition will focus in particular on Alma Mahler and Kokoschka’s proximity to music, on his portraits of children, allegorical women’s portraits, political allegories, animal pictures and especially his self-portraiture. The golden thread running through this exhibition is Kokoschka’s own person: the people he knew and his view of humanity and society. Kokoschka’s portraits of persons and animals embody the essence of his outlook on the world. The show consequently presents a unique personal perspective of the 20th century and its significant events. Kokoschka evolved a style that suddenly also seems very contemporary. An exhibition in collaboration with the Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam.
London
Ornament and the Grotesque - Fantastical Decoration from Antiquity to Art Nouveau
Dates:01/01/2050-01/01/2999
The discovery of Nero's Domus Aurea in Rome at the end of the 15th century revealed an unfamiliar, playful style of classical ornament that captured the imagination of Renaissance artists. For the first explorers it was like entering a series of caves or 'grottoes', which is why they called the style of the painting on the walls and ceilings 'grotesque'. The first book to reveal this vast treasury, Ornament and the Grotesque brings the story up to the late 19th century and shows how it led eventually to Art Nouveau. Far removed from the formal language of traditional classical ornament, what they saw was something essentially decorative and only semi-serious: parodies of classical mythology, fantastic hybrid monsters, men hatching out of eggs, images of perverse eroticism, impossible architectural visions, giant butterflies, mischievous putti, monkeys, sphinxes and nightmare insects - a repertoire of uninhibited imagination where nothing was taboo. Inspired by this discovery, Italian artists, including Perugino, Signorelli and Mantegna, immediately started to copy the style. Raphael's decoration of the Vatican Logge in the early 16th century made the grotesque into a Europe-wide fashion, and it soon became an integral decorative feature of the most lavish residences, incorporating ceramics, textiles and tapestries. 32.50 x 26.80 cm Hardback 308pp 246 Illustrations, 242 in colour First published 2008
Bruxelles (Ixelles)
Old England et le musée des instruments de musique
Dates:01/01/2050-01/01/2999
Au cœur de la ville, l'ancien magasin Old England compte parmi les bâtiments les plus célèbres de l'Art Nouveau à Bruxelles. Conçu en 1898 par l'architecte Paul Saintenoy, c'est l'occasion d'une opération spectaculaire : réaliser dans un quartier en vogue de la capitale et sans doute pour la première fois en Belgique, un vaste édifice commercial entièrement métallique. En un jeu de mot peut-être délibéré, Old England se donne une image résolument moderne : originalité de la construction de fonte et d'acier, nouveauté du style, audace de la couleur qui contraste violemment avec son environnement, modernité des techniques mises en œuvre, du grès cérame de la façade, de l'ascenseur menant à une terrasse panoramique, de l'éclairage électrique... Il reste l'un des derniers exemples conservés des grands magasins à structure de métal qui ont connu un succès rapide et éphémère autour de 1900 avant d'être balayés par le succès du béton armé. Après une longue restauration, l'édifice abrite aujourd'hui le prestigieux Musée des Instruments de Musique, riche de plus de 7.000 pièces de toutes les époques et de toutes les cultures. Le livre, abondamment illustré, retrace l'histoire du site prestigieux de la place Royale et du Mont des Arts à Bruxelles puis la création des magasins Old England et la construction de l'édifice Art Nouveau. Il relate ensuite la restauration complexe des bâtiments et l'installation du Musée des instruments de Musique inauguré en 2000. 64 pages, 76 illustrations n/bl et couleurs format: 19x21cm, édition brochée, couverture souple ISBN: 2-87143-111-6 prix: 10

With the support of the Culture Programme of the European Union

Responsible publisher: Arlette Verkruyssen, General Director,
Brussels Regional Public Service - Bruxelles Développement urbain (Brussels Urban Development),
CCN - Rue du Progrès 80, B. 1, 1035 Brussels - Belgium