Koledar dogodkov

Razstave, dogodki obiski ...

FilterType of Event by
Filter by Select date
   
Find it (slo)!
Records 76-90 of 357  
page     6         
City
Image
Name   
London
Pre-Raphaelite Drawing
Dates:1.1.2050-1.1.2999
The most comprehensive survey to date of the drawings, watercolours, prints and designs of the Pre-Raphaelite Brotherhood, providing a fresh and intimate picture of the most popular and enduring group in the history of British art The book is illustrated with the most important Pre-Raphaelite drawings from public and private collections around the UK, including striking works by Dante Gabriel Rossetti, John Everett Millais, William Holman Hunt and Edward Burne-Jones that have never before been exhibited or reproduced. The Pre-Raphaelite Brotherhood, a group of radical young artists who banded together in London in 1848, revolutionized British art. This book explores the vital role played by drawing and design, in all its variety, in the work of the Brotherhood and their associates. Alongside studies for paintings of religious, literary and medieval subjects are the group’s portraits, self-portraits and caricatures, often exchanged as gifts; meticulous depictions of nature by John Ruskin and his followers; captivating drawings of the iconic Pre-Raphaelite models Lizzie Siddal and Jane Morris; and original designs for stained glass, textiles and ceramics. Art historian Colin Cruise explores the emergence of the Brotherhood’s graphic style, their theories of naturalism, their radical promotion of new subjects, and their highly original use of watercolour as a drawing medium. He also demonstrates the impact that Pre-Raphaelite drawing had upon turn-of-the-century British art movements such as Aestheticism, Symbolism and Art Nouveau, and explores the role of drawing in the work of leading Arts and Crafts designers such as William Morris, William De Morgan and Florence Camm. 28.00 x 24.00 cm Paperback with flaps 248pp With 313 illustrations First published 2012
City of Helsinki
Porras-Huoneet
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Helsinkiläisten porrashunoneita 1800-luvulta 1940-luvelle
Bruxelles
Pierre Puvis de Chavannes
Dates:1.1.2050-1.1.2999
[...]L’ouvrage se présente en deux volumes. Le premier, consacré à la biographie et à l’étude stylistique de l’œuvre, est complété de diverses annexes fort intéressantes puisqu’en rapport avec l’activité du notaire qui fut chargé, le 14 novembre 1898, de dresser l’inventaire après décès de l’artiste, aussi bien dans son atelier du 11 rue Pigalle que dans sa propriété de Neuilly. Découpée chronologiquement cette biographie largement annotée est superbement illustrée. Accompagnée de nombreuses figures de comparaison fort intéressantes, elle permet de replacer le peintre dans son temps et de percevoir son originalité tout en jugeant des formes de sa réception critique, même si certains pourront émettre des réserves sur les tendances un peu trop louangeuses des extraits choisis et sur l’analyse un peu partiale de certains faits. La présentation de plusieurs des caricatures que Puvis se plut à dessiner rapidement tout au long de sa vie vient ajouter une note nouvelle et non conventionnelle à la biographie d’un artiste que l’on a trop souvent tendance à cantonner parmi les rigoristes sans humour.[...] Dominique Lobstein
Barcelona
Pensar i interpretar l'oci. Passatemps, entreteniments, aficions i addiccions a la Barcelona del 1900
Dates:1.1.2050-1.1.2999
L’efervescència de la Barcelona del 1900, en procés de modernització, va afavorir l’aparició d’una cultura de l’oci que va viure un moment sense precedents. Els barcelonins utilitzaven el seu temps lliure i es relacionaven entre ells amb iniciatives i activitats de caràcter molt divers, algunes de les quals ja existien i d’altres eren de nova creació. Més enllà de les celebracions tradicionals (festes majors, fontades, processons), es van emprendre innovadores formes de consum cultural, per a tots els gustos i per a totes les butxaques. Es van obrir nombroses sales de cinema, els primers parcs d’atraccions i nous teatres, gràcies als quals el Paral·lel va esdevenir l’epicentre de la nit barcelonina. Aquest llibre ofereix un repertori d’imatges de les diversions, dels entreteniments, de les aficions d’aquella fascinant època de contrastos, la del modernisme.
Paris
Peinture et Art nouveau: jeu de couleur
Dates:9.7.2014-11.7.2014
Partant des dessins et des peintures de l'exposition, particulièrement de Claude Monet, Edgar Degas, Toulouse-Lautrec, les participants réaliseront une peinture à l'huile en privilégiant le traitement de la couleur, en aplat et en touches fragmentées après avoir étudié ces différents effets au pastel sec. Durée: 18:00 Sur réservation 72h (jours ouvrables) au plus tard avant l'activité uniquement par courriel à petitpalais.reservation@paris.fr Tarif : 58,50€ Auquel s'ajoute une ou plusieurs entrées dans l'exposition Cycle de 3 jours. De 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30 Vacances d’été Juillet : 9, 10, 11
Paris
Paul Poiret Couturier Parfumeur — Couturier Perfumer
Dates:1.1.2050-1.1.2999
« En habillant l’époque » — Rares ont été les créateurs de mode qui se sont autant impliqués dans l’innovation et l’exploration de l’étendue des possibilités offertes par les arts appliqués. Curieux, inventif, audacieux, Paul Poiret « le Magnifique » régnait sur l’univers parisien de la mode. Au coeur des activités mondaines et artistiques tourbillonnantes de la capitale, il s’est enthousiasmé pour le théâtre, les Ballets russes, la musique et la peinture. Un vent de liberté, de modernité et de gaieté soufflait sur sa maison de couture. Il fut le premier couturier à lancer sa maison de parfumerie Les Parfums de Rosine (1911) et n’a cessé de penser et d’intégrer la mode dans l’espace et l’art de vivre. Réputé pour ses fêtes somptueuses, complice des années folles, décor, audace, tout était possible. Homme de communication avant l’heure, Paul Poiret a construit sa mode avec le concours d’artistes peintres et d’illustrateurs reconnus. La publicité faite autour de ses parfums poussait au rêve. Adulé, riche et célèbre, le « King » de cette foisonnante période Art déco a pourtant quitté le monde en 1944, seul et ruiné. / — “Fashioning the Century” — Couturiers who were deeply committed to innovation and exploring the vast possibilities offered by the decorative arts were rare indeed in the past. Curious, inventive and bold, Paul Poiret “the Magnificent” reigned over the Parisian fashion world. At the very heart of the society and artistic whirl of the capital, he was passionate about the theater, the Ballets Russes, music and painting. Winds of freedom, modernity and delight swept over the Poiret couture house. He was the first designer to launch his own perfume company, Les Parfums de Rosine (1911), and never tired of conceiving and blending fashion in space and the art of living. Famous for his sumptuous parties, synonymous with the Roaring Twenties, décor and audacity – anything was possible. A public relations man before his time, Paul Poiret fashioned his mode with the support of celebrated painters and illustrators. The advertising developed for his perfumes sparked the imagination. Adulated, rich and famous, the king of this profuse Art Deco period perished in 1944, forlorn and destitute. Coédition Musée international de la Parfumerie, Grasse / Somogy éditions d'Art Exposition organisée par le Musée international de la Parfumerie de Grasse, du 1er juin au 30 septembre 2013. Ouvrage bilingue français-anglais. 144 pages, 130 illustrations 22 x 28 cm 25 €
Bruxelles
Paul Jaspar architecte 1849-1945
Dates:1.1.2050-1.1.2999
2009 marque le 150e anniversaire de la naissance de l’architecte liégeois Paul Jaspar. La Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles (CRMSF), a souhaité rendre hommage au chef de file de l’architecture moderne liégeoise à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, par le biais d’un livre accompagnant l’exposition Paul Jaspar architecte (1859-1945) : patrimoine et modernité, présentée au Grand Curtius à Liège, du 5 septembre au 25 octobre 2009. Ce livre a l’ambition d’évoquer non seulement l’architecte, mais également l’homme, l’artiste et l’archéologue. Ses réalisations les plus marquantes y sont présentées au travers de nombreux dessins, croquis et plans d’architecture, conservés au Centre d’Archives et de Documentation de la CRMSF ; ils illustrent quelque quarante-cinq projets ou constructions exécutées entre 1884 et 1932. De nombreuses photographies anciennes et les écrits de Paul Jaspar permettent de cerner ses passions et son érudition. Nombre de courriers et rapports conservés dans les archives de la CRMSF attestent de son engagement envers le patrimoine et de la sûreté de son jugement de membre correspondant. Cet ouvrage reprend parallèlement aux quelque trois cent cinquante notices des œuvres exposées, une étude biographique de l’artiste, ainsi qu’un dvd présentant un film de vingt-six minutes sur le précieux héritage laissé par cet architecte éminent et technicien érudit.
Brussel
Paul Hankar als interieurarchitect
Dates:1.6.2050-31.12.2099
Lieven Daenens, François Loyer, Werner Adriaenssens ISBN: 90-5130-498-6
Bruxelles (Ixelles)
Paris-Bruxelles Deux siècles d’affinités architecturale
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Second volume, après Vienne-Bruxelles, d’une série qui explore les allées et venues architecturales entre la capitale de la Belgique et ses voisines européennes. Le point de départ se situe dans la période 1794-1814, quand la Belgique était française et que ses architectes avaient l’occasion de se former à Paris, dans la célèbre école des Beaux Arts. Il va en résulter une tradition informelle d’échanges qui reflètent l’actualité culturelle des deux capitales. On voit ainsi Viollet le Duc consulté pour la restauration des vestiges de l’enceinte de Bruxelles, Léopold II faire appel à l’architecte orientalise parisien Alexandre Marcel, le jeune Rob. Mallet Stevens trouver son inspiration dans la maison de sa tante, le palais Stoclet, chef d’oeuvre du style Sécession, Hector Guimard et Henry Sauvage inventer leur propre style, l’un après avoir visité les oeuvres de Victor Horta, l’autre après fait la place chez Paul Saintenoy, un des maîtres bruxellois de l’Art Nouveau. Ces échanges ont laissé de nombreux témoignages présentés dans le livre. Ainsi, à Paris, l’Art Nouveau belge peut toujours être apprécié dans le restaurant de l’Hôtel des Dames de la Poste, rue de Lille, aménagé par Gustave Serrurier- Bovy, un des champions belges de l’Art dans Tout, et à Bruxelles, les rues témoignent de l’influence de l’Exposition des Arts décoratifs de Paris 1925 dans nombre d’habitations bourgeoises, d’églises ou d hôtels de ville fastueux. Si le Thalys a, depuis quelques années, considérablement réduit le temps de trajet entre les deux capitales, l’architecture les avait rapproché depuis longtemps, c’est ce lien artistique peu connu que retrace pour la première fois ce livre. Paris-Bruxelles Texte de Maurice Culot Ouvrage relié sous jaquette Texte : français Format :13 x 13 cm Nombre de pages : 64 environ +/– 80 illustrations couleurs et N/Bl ISBN : 978-287143-232-6 EAN : 9782871432326 PARUTION : décembre 2009 Prix : 12 €
Paris
Paris et l’Art nouveau (1890-1914)
Dates:20.6.2014-20.6.2014
Cycle du vendredi autour de l'exposition "Paris 1900, la Ville spectacle" de 12h30 à 14h : ce cycle « PARIS 1900 : histoire et société » co-organisé par le Comité d’histoire de la Ville de Paris et le Petit Palais donne la parole aux historiens. Vendredi 20 juin Paris et l’Art nouveau (1890-1914) par Jean-Baptiste Minnaert, professeur, Université François Rabelais, Tours Vendredi 20 juin 2014 de 12h30 à 14h Auditorium du Petit Palais Entrée libre dans la limite des places disponibles
Paris
Paris dans l’imaginaire de la Belle Epoque
Dates:2.5.2014-2.5.2014
Cycle du vendredi autour de l'exposition "Paris 1900, la Ville spectacle" de 12h30 à 14h : ce cycle « PARIS 1900 : histoire et société » co-organisé par le Comité d’histoire de la Ville de Paris et le Petit Palais donne la parole aux historiens. Vendredi 2 mai Paris dans l’imaginaire de la Belle Epoque, par Dominique Kalifa, professeur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre du Comité d’histoire de la Ville de Paris Vendredi 2 mai 2014 de 12h30 à 14h Auditorium du Petit Palais Entrée libre dans la limite des places disponibles
Bruxelles (Ixelles)
Paris Belle-Epoque: Architectures 1890-1914
Dates:1.1.2050-1.1.2999
La pose de la première pierre du pont Alexandre III en 1896 amorce un âge d'or architectural dont l'Exposition universelle reste le symbole avec ses 50 millions de visiteurs, les Grand et Petit Palais, les gares de Lyon et d'Orsay et le métropolitain avec ses entrées souterraines dessinées par Guimard et ses sections aériennes par Formigé. La capitale renouvelle ses équipements, construit des écoles, des hôpitaux, des garages pour automobiles, des hôtels pour voyageurs, des sous-stations électriques en métal et en fer… Le souffle sportif impulsé par de Coubertin fait naître des stades, des piscines, des gymnases. Avec les grands magasins de nouveautés s'achève la mue commerciale entamée 50 ans plus tôt avec les passages couverts. Le mouvement mutualiste se libère des contraintes qu'avait dressées la peur de la classe ouvrière, et engendre la construction de somptueuses chambres syndicales, de bourses du travail, de maisons du peuple. Les lotissements se multiplient et l'ascenseur modifie la manière d'habiter, les derniers étages hier encore réservés aux démunis deviennent les plus recherchés. Les populaires bouillons Chartier déploient leurs arabesques Art Nouveau. Le métal, la céramique, le grès flammé ou émaillé font vibrer une dernière fois les façades avant le fatidique mois d'août 1914. Ouvrage relié sous jaquette 64 pages format : 13 X 13 cm environ 67 illustrations couleurs et N/Bl ISBN : 2-87143-157-4 EAN :9782871431572 Prix : 12€
 
Paris bars-déco, 150 cafés, bistrots et brasseries extraordinaires
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Préface de Jack Lang: Vous aimez découvrir de beaux endroits ? Des univers esthétiques originaux, Art nouveau, Art déco, design, néo-bistrot, yéyé, contemporain, graff ou glamour ? Ce Guide Paris bars-déco vous invite à voyager de la Belle Epoque aux années 1930, de l’après-guerre aux seventies et jusqu’aux ambiances futuristes. Pour le prix d’un verre, explorez les styles, appréciez des atmosphères de caractère dans 150 adresses célèbres ou secrètes, chics ou insolites. Ce guide pratique référence les lieux par arrondissement, indique horaires et coordonnées. En prime, vous y glanerez des idées pour renouveler votre intérieur. « Des établissements luxueux aux plus populaires, l’histoire du design se lit à travers les styles des bistrots. La visite proposée par Hélène Milon et Pierrick Bourgault résume deux siècles de création, en flânant dans un petit patrimoine vivant accessible à tous.
 
Paris Art nouveau
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Et si l'on allait se balader aujourd'hui dans Paris ? Ce petit guide nous emmène au coeur des facéties de l'Art nouveau à Paris, ce style architectural et décoratif qui vit le jour en 1900 en réaction au classicisme rigoureux du 19e siècle. Le Paris de la Belle Époque se livre ici au travers de ces édifices aux formes nouvelles qui se jouent d'asymétrie, combinent les matériaux modernes, briques, céramique, fer, fonte et béton. Le Castel Béranger, l'immeuble à gradins de la rue Vavin, Maxim's, Chez Julien, la synagogue de la rue Pavée, les bouches de métro... Tous ces édifices nous racontent les fantaisies de ce style vivant et inventif pour une balade pleine de curiosités...
Paris
Paris 1900, la Ville spectacle
Dates:2.4.2014-17.8.2014
L’exposition « Paris 1900, la Ville spectacle » invite le public à revivre les heures fastes de la capitale française au moment où elle accueille l’Exposition Universelle qui inaugure en fanfare le 20e siècle. Plus que jamais la ville rayonne aux yeux du monde entier comme la cité du luxe et de l’art de vivre. Plus de 600 oeuvres – peintures, objets d’art, costumes, affiches, photographies, films, meubles, bijoux, sculptures… - plongeront les visiteurs du Petit Palais dans le Paris de la Belle Epoque. Les innovations techniques, l’effervescence culturelle, l’élégance de la Parisienne seront mis en scène comme autant de mythologies de ce Paris dont la littérature et le cinéma n’ont cessé depuis de véhiculer l’image dans le monde entier. Dans une scénographie inventive intégrant le tout nouveau cinématographe au fil du parcours, le visiteur est convié à un voyage semblable à celui des 51 millions de touristes qui affluèrent à Paris en 1900. Le parcours organisé autour de six « pavillons » débute par une section intitulée « Paris, vitrine du monde » évoquant l’Exposition Universelle. A cette occasion, les nouvelles gares de Lyon, d’Orsay et des Invalides sont construites tout comme la première ligne du « métropolitain ». Des projets architecturaux, des peintures, des films mais aussi de pittoresques objets souvenirs et des éléments de décors sauvegardés, rappelleront cette manifestation inouïe. Mais Paris 1900 ne saurait se résumer à l’Exposition Universelle : la Ville lumière proposait bien d’autres occasions d’émerveillement et de dépenses. Dans les magasins de luxe et les galeries d’art, les amateurs pouvaient découvrir les créations des inventeurs de l’Art Nouveau, présenté ici au sein d’un second pavillon dédié aux chefs-d’oeuvre de Gallé, Guimard, Majorelle, Mucha, Lalique… La troisième section dévolue aux Beaux-Arts démontre la place centrale de Paris sur la scène artistique. À cette époque, tous les talents convergent vers la capitale pour se former dans les ateliers, exposer dans les Salons et vendre grâce aux réseaux montants des galeries d’art. Des toiles du finlandais Edelfelt, de l’espagnol Zuloaga ou de l’américain Stewart, évoqueront ce climat international. Mais l’accrochage confronte aussi les oeuvres de Cézanne, Monet, Renoir, Pissarro, Vuillard, avec celles de Gérôme, de Bouguereau ou Gervex, gloires acclamées tant de l’Académisme que de l’Impressionnisme enfin reconnu, du Symbolisme tardif ou de figures plus nouvelles, comme Maillol ou Maurice Denis, tandis que triomphe l’art d’un Rodin. Le visiteur découvre ensuite les créations d’une mode parisienne triomphante qui affichaient son succès dès l’entrée de l’Exposition Universelle dont la porte monumentale était surmontée d’une figure de Parisienne habillée par Jeanne Paquin. Les maisons de couture de la rue de la Paix attirent un monde cosmopolite et richissime, qu’imitent les midinettes. Les plus beaux trésors du Palais Galliera, telle la célèbre cape de soirée signée du couturier Worth, seront accompagnés de grands portraits mondains par La Gandara ou Besnard, et d’évocation du monde des modistes et des trottins sous le pinceau aussi bien de Jean Béraud que d’Edgar Degas. Les deux derniers pavillons offriront une plongée dans le Paris des divertissements : des triomphes de Sarah Bernhardt à ceux d’Yvette Guilbert, de Pelléas et Mélisande de Debussy à l’Aiglon de Rostand, de l’opéra au café-concert, du cirque à la maison close. Autant d’illustrations des côtés brillants et obscurs d’une cité qui se livrait sans compter afin de conforter l’idée qu’elle demeurait la capitale du monde et la reine des plaisirs. Les lieux mythiques comme le Moulin Rouge ou le Chat Noir, deviennent les sujets favoris d’artistes comme Toulouse-Lautrec. Des grandes demi-mondaines Liane de Pougy ou la belle Otero à l’enfer de la prostitution et de la drogue, l’exposition montre l’envers du décor, thèmes qui se révéleront être des sujets porteurs de révolutions esthétiques. Si le mythe de la Belle Epoque a perduré jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas seulement par contraste avec l’horreur de la Grande Guerre qui lui succéda, c’est bien parce qu’il repose sur un foisonnement culturel réel dont cette exposition veut rappeler la force inégalée. Plus beau joyau architectural subsistant de l’année 1900 à Paris, le Petit Palais consacre enfin à cette époque phare une grande exposition, accompagnée d’un programme événementiel et d’un parcours complémentaire dans les galeries permanentes enrichies de toiles inédites des collections : un juste hommage comme jamais Paris ne l’avait encore proposé.

 

With the support of the Culture Programme of the European Union