Koledar dogodkov

Razstave, dogodki obiski ...

FilterType of Event by
Filter by Select date
   
Find it (slo)!
Records 136-150 of 357  
page         10     
City
Image
Name   
Bruxelles
Les dernières fleurs du symbolisme d'Edgard Maxence
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Ce catalogue rassemble des textes de Blandine Chavanne, Anne Labourdette, Jean-David Jumeau-Lafond, Cyrille Sciama, Alison Smith.
Lorraine
L'épopée lorraine - l'Art nouveau
Dates:1.1.2050-1.1.2999
La France traumatisée par la défaite de 1870, pleure ses provinces arrachées à la mère patrie. On imagine difficilement aujourd’hui, à l’heure de l’Europe sans frontières et de l’affirmation quotidienne de l’amitié entre les peuples de part et d’autre du Rhin, quel drame humain considérable constitua l’annexion de l’Alsace et de la Moselle pour les populations. Les hasards de l’histoire vont transformer la ville de Nancy pendant plus de quarante ans en un inexpugnable bastion intellectuel. Nancy devient la dynamique capitale de l’Est de la France. Un vent nouveau souffle sur la cité lorraine et ses habitants : le commerce est florissant, les industries se développent, les arts et les spectacles connaissent un engouement inattendu. Au cœur de cet essor, les grands maîtres de l ‘Art Nouveau, soutenus par des mécènes et des collectionneurs éclairés, font de Nancy un terrain d’idées et de créations unique en Europe. Les noms de Gallé, Daum, Majorelle, Prouvé, tous s’entourent d’une myriade d’artisans : verriers, ébénistes, forgerons… Ensemble, ils écriront la Grande épopée Lorraine, celle de l’Ecole de Nancy. Ce livre illustré de photos rares, enrichi de nombreux témoignages et de documents d’archives, raconte la formidable aventure humaine de l’Art nouveau à Nancy et en Lorraine.
Bruxelles
Léon Werth, le promeneur d'art
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Publication réunissant des critiques d'arts et des articles de Léon Werth ainsi que des essais de Sophie Cazé, Philippe Dagen et Gilles Heuré, et l'iconographie de l'exposition.
Paris cedex 12
L'Ecole de Nancy - Fleurs et ornements - Ma racine est au fond des bois
Dates:1.1.2050-1.1.2999
A l’occasion du centenaire de l’Ecole de Nancy, la Ville de Nancy organise de nombreuses manifestations : parmi celles-ci, une exposition au musée de l’Ecole de Nancy, ayant pour thème l’étude de la flore, source d’inspiration des artistes de la dite Ecole. À ce thème sont associées la méthode de travail des artistes et la mise en valeur des dessins préparatoires à la création des œuvres. De nombreux artistes y seront présents comme Emile Gallé, Daum, Majorelle, illustrant ainsi tous les arts de la marquetterie à l’ébénisterie en passant bien sûr par la verrerie dont de magnifiques pièces seront exposées. Le catalogue se composera de six essais illustrés avec en fin d’ouvrage les œuvres exposées présentées en couleur sous forme d’album. Une bibliographie ainsi qu’un index des plantes citées, en constitueront les annexes. Format: 21 x 28 cm Nombre de pages: 144 Nombre d'illustrations: 121 Façonnage: Broché Diffuseur: FLAMMARION Exposition: 24 avril > 26 juillet 1999
Bruxelles
Le vitrail Art nouveau
Dates:1.1.2050-31.12.2099
Dans le cadre de l'année Art Nouveau vient de paraitre un nouveau feuillet didactique consacré au vitrail Art Nouveau. Ecrit par Francoise Aubry, Conservateur du Musée Horta et Jean-Marc Gdalewitch, restaurateur de vitraux, ce feuillet constitue le quatrième document édité dans...(more)
Bruxelles (Ixelles)
Le Temps des Boutiques
Dates:1.9.2050-1.1.2999
Ce livre est consacré à l'évolution architecturale des boutiques depuis leur apparition au XIXème siècle jusqu'à nos jours. Formidable laboratoire d'idées, de formes, de matériaux, de mises en oeuvre, la boutique est le reflet instantané du mode de vie, des goûts, des mentalités, de l'urbanité d'une époque. De la boutique moderne, comme oeuvre d'art à part entière, à la boutique caractéristique de l'Art Nouveau, de l'Art Déco, du style épuré des années 50, de la mode hippie des années 70... ce livre commencera avec une évocation des premières boutiques modernes aménagées sous l'Empire et se terminera sur les créations les plus récentes de grands architectes et designers.
Bruxelles
Le temps de la peinture, Lyon 1800-1914
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Dans le cadre de la manifestation Lyon 1800-1914, L'Esprit d'un siècle, le musée des Beaux-arts de Lyon présente une exposition consacrée à l'Ecole lyonnaise de peinture, aux différents aspects que celle-ci prit entre 1800 et 1914, en écho ou en dissidence aux courants de la peinture française ou même européenne. Apparue sous la Restauration, la notion d'Ecole lyonnaise concerne à l'origine des artistes du genre "" troubadour "" étroitement liés à l'existence de l'école des Beaux-Arts. Reconnue au Salon de 1819, elle sera consacrée en 1851 par la création au musée des Beaux-Arts d'une Galerie des peintres lyonnais. Sa définition et son contenu firent longtemps l'objet de prises de position contrastées, de sorte qu'il est légitime de s'interroger aujourd'hui sur l'existence même d'une école lyonnaise. Le présent ouvrage, qui retrace les articulations de l'exposition dans la partie catalogue, réunit douze études confiées à des spécialistes lyonnais et européens livrant des éclairages riches et complémentaires à cette réflexion. Un cédérom joint comporte, outre des vues de l'accrochage, des annexes très étayées sur les enseignants de l'école des Beaux-Arts de 1807 à 1914, une liste des maîtres et élèves d'après les livrets du Salon de Lyon, un état des décors civils et religieux, ainsi qu'un riche répertoire bibliographique sur les peintres et sculpteurs lyonnais du XIXe siècle.
Sulgen
Le symbolisme suisse Destins croisés avec l'art européen
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Le triomphe du rêve Après une période de discrétion, le symbolisme revient sur le devant de la scène. Il ouvre la voie aux grands mouvements du XXe siècle, comme le surréalisme, l’expressionnisme, l’abstraction et « l’art des aliénés », en élargissant les frontières, en explorant de nouveaux territoires. Le symbolisme se développe en Suisse dans les quatre cultures, d’où l’étiquette de « Mitteleuropa » qui lui est souvent attribuée. Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, les interconnexions culturelles sont intenses au niveau européen. Les artistes se déplacent fréquemment et s’intéressent particulièrement à l’évolution générale des travaux réalisés dans le domaine spirituel ou ésotérique. Ils explorent aussi l’hypnotisme, la psychologie, la psychanalyse naissante (Flournoy à Genève, Charcot à Paris, Freud à Vienne…). L’activité des artistes symbolistes est influencée par la poésie, la musique, la danse ainsi que le renouvellement de la mise en scène. Le triomphe du rêve, l’exploration de l’inconscient, les îles de l’imaginaire, le miroir des lacs et l’obscurité des forêts, la fascination du cosmos ou le questionnement des mythes sont autant de thèmes que l’on retrouve dans l’oeuvre de Ferdinand Hodler, Arnold Böcklin, Carlos Schwabe, Félix Vallotton, Giovanni Segantini, Augusto et Giovanni Giacometti… dont une analyse subtile permet de comprendre la valeur et l’importance. Cet ouvrage est également disponible en version allemande. français 336 pages 250 illustrations en couleur 24 x 30 cm Relié sous jaquette ISBN: 978-3-7165-1536-5 Date de publication : 4/2009
Paris
Le symbolisme et les artistes suisses
Dates:1.1.2050-1.1.2999
L’ouvrage explore avec passion les correspondances entre les oeuvres plastiques et les oeuvres musicales, poétiques et psychologiques qui ont permis l’éclosion du symbolisme. Les oeuvres des artistes suisses côtoient des oeuvres capitales d’artistes européens : Cuno Amiet, Arnold Böcklin, Augusto et Giovanni Giacometti, Ferdinand Hodler, Carlos Schwabe, Giovanni Segantini, William Degouve de Nuncques, Vittore Grubicy de Dragon, Gustav Klimt, Fernand Khnopff, Odilon Redon, Franz von Stuck, imposent une mosaïque de rythmes à ce catalogue. Le symbolisme se développe en Suisse entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Les artistes qui s’y rattachent gardent une singularité farouche et secouent l’Europe positiviste, pour tendre à un spiritualisme artistique, où l’idée prévaut sur toute autre forme. Une liberté nouvelle, celle des rêves, est la faculté novatrice qui élargit cet art. L’interrogation sur l’être humain et sur les limites entre santé et maladies, côtoient les théories sur l’hystérie de Charcot et les avancées théoriques de Freud, Jung, Bleuler. La photographie révèle l’importance des pratiques de réforme de la vie, de la théosophie aux colonies révolutionnaires comme celle de Monte Verità, et aussi de la danse sous hypnose. Le symbolisme a pressenti la complexité de notre présent et par la sensibilité des sujets qu’il aborde et le mélange des genres qu’il pratique, il est le creuset des plus grands mouvements du XXe siècle, le surréalisme, l’expressionnisme, l’abstraction et « l’art des aliénés ». Coédition Kunstmuseum, Bern / Museo Cantonale d’Arte et Museo d’Arte, Lugano / Somogy éditions d'Art 352 pages, 316 illustrations 24,6 x 28 cm 49 € relié sous jaquette
 
Le Symbolisme
Dates:1.1.2050-1.1.2999
La collection «L'Art des Siècles» est conçue pour offrir un panorama complet des différentes écoles et mouvements qui ont façonné l’histoire de l’art. Y sont présentés la genèse des écoles, leurs influences et divers héritages, les grands artistes, leur vie et leur spécificité, ainsi que les techniques qu’ils ont innovées et leurs grands sujets. Dans un format agréable et à un prix attrayant, cette collection devrait satisfaire les amateurs d’art et convenir aux étudiants en art. Entre 1880 et les premières années du XXe siècle, le symbolisme voit le jour en France et en Europe. Les symbolistes, fascinés par les mythologies anciennes, tentent d'échapper au règne de la pensée rationaliste imposée par la science. Souhaitant dépasser le monde du visible et du sensible pour atteindre le monde de la pensée pure, ils flirtent constamment avec les limites de l'inconscient. Les Français Gustave Moreau et Odilon Redon, les Belges Fernand Khnopff et Félicien Rops, les Anglais Burne-Jones et Dante Gabriel Rossetti et enfin le Hollandais Jan Toorop sont les artistes les plus représentatifs de ce courant. Collection L'Art des Siècles 280 x 238 mm, 200 pages, env. 130 illustrations. Couverture flexible.
Bruxelles
Le quartier des squares ou l’apogée de l’Art nouveau - ARAU
Dates:3.8.2014-3.8.2014
A la fin du XIXe siècle, la vallée du Maelbeek constitue un cadre unique pour l’implantation d’un nouveau quartier résidentiel. Véritable laboratoire de l’architecture fin de siècle, ce quartier est conçu comme un théâtre où se déploient des façades aux styles les plus divers, entre éclectisme débridé et Art nouveau, alors à son apogée. Visite d’intérieur en tour public : Hôtel Van Eetvelde (Victor Horta). Durée: 2H30
Bruxelles
Le quartier des squares ou l’apogée de l’Art nouveau - ARAU
Dates:5.10.2014-5.10.2014
A la fin du XIXe siècle, la vallée du Maelbeek constitue un cadre unique pour l’implantation d’un nouveau quartier résidentiel. Véritable laboratoire de l’architecture fin de siècle, ce quartier est conçu comme un théâtre où se déploient des façades aux styles les plus divers, entre éclectisme débridé et Art nouveau, alors à son apogée. Visite d’intérieur en tour public : Hôtel Van Eetvelde (Victor Horta). Durée: 2H30
 
Le Préraphaélisme
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Le livre Dans une Angleterre victorienne emportée par les rapides évolutions de la Révolution industrielle, la Confrérie préraphaélites, proche des Arts et Crafts de William Morris, prôna le retour aux valeurs d'antan. Souhaitant le renouveau des formes épurées et nobles de la Renaissance italienne, ses peintres majeurs tels John Everett Millais, Dante Gabriel Rossetti ou William Holman Hunt, en opposition à l'académisme d'alors, privilégièrent le réalisme et les thèmes bibliques aux canons affectés du XIXe siècle. Cet ouvrage, par son texte saisissant et ses riches illustrations, témoigne avec ferveur de ce mouvement singulier qui sut, notamment, inspirer les partisans de l'Art nouveau ou encore ceux du symbolisme. L' auteur L'essayiste Robert de la Sizeranne retrace, dans ce texte, toute l'épopée du préraphaélisme, de ses origines à ses caractéristiques, et offre une présentation remarquable des maîtres de la confrérie. Parmi les succès de l'auteur on citera, par ailleurs, ses ouvrages John Ruskin et la religion de la beauté et L'Art pendant la Guerre 1914-1918. Collection L'Art des Siécles 280 x 238 mm, 200 pages, env. 130 illustrations.
B-Bruxelles
Le petit monde de l’architecte Henri Jacobs 1864-1935
Dates:1.1.2050-1.1.2999
L’historien de l’art Franco Borsi a écrit qu’après Horta et Hankar, Henri Jacobs a été l’architecte le plus intéressant de l’Art nouveau. Aussi à l’aise dans une architecture privée élégante, raffinée dans l’harmonie des matériaux et des couleurs, tout en restant classique dans le plan, que dans le logement social ou le logement moyen, où il privilégie le confort sans tomber dans la banalité et sans négliger l’apparence, il est, avant tout, le principal bâtisseur des écoles de Bruxelles, mais figure aussi parmi les principaux artisans de l’architecture scolaire en Brabant, se jouant des diverses contraintes et des règlements émis par les différentes autorités. Ce livre retrace le parcours de trois générations de Jacobs : Henri Jacobs lui-même, son père, enseignant, et son oncle, architecte, qui s’illustrèrent particulièrement à Saint-Josse, grâce à qui il est allé à bonne école, puis son fils, Henri Aimé, qui grandira au milieu des tables à dessiner et prendra sa succession. Jacobs a connu le succès en son temps. Le livre s’efforce de mettre en évidence son réseau de relations, de contacts, de clients, d’artistes, ce « petit monde » qui l’entoure durant toute sa carrière. Parmi ses proches, il faut relever Godefroid Devreese, le sculpteur, Privat Livemont, le peintre, et Paul Gilson, le musicien. Si ses principales réalisations se situent à Schaerbeek, où il est le principal architecte du Foyer schaerbeekois et où se dresse son chef-d’oeuvre, le groupe scolaire Josaphat, beaucoup sont aussi emblématiques de l’architecture bruxelloise en général, comme l’ancienne École normale Émile André rue des Capucins, plusieurs écoles de Laeken, le groupe scolaire Félix Govaert à Auderghem, l’actuel Athénée d’Uccle I et l’école du square Marlow ainsi que d’autres bâtiments scolaires à Uccle, l’École en couleurs et l’école de la rue des Alliés à Forest, les deux écoles de la rue Herkoliers et l’Athénée à Koekelberg. Mais il construit aussi en Brabant, de Hal à Rhode- Saint-Genèse, de Londerzeel à Tirlemont, en passant par Grimbergen, Zaventem et Diegem. Ce livre est la première monographie consacrée aux Jacobs. Depuis plus de vingt ans, l’auteur, archéologue issue de l’Université libre de Bruxelles et active dans la protection du patrimoine bruxellois, qui consacre ses recherches à l’architecture scolaire en Brabant, s’intéresse à ces personnalités. L’ouvrage révèle une importante liste chronologique d’oeuvres, dont la plupart sont inédites, ainsi que des encarts, mettant en lumière, soit des projets ou des réalisations, soit des personnages, familiers, entrepreneurs, clients que les Jacobs ont côtoyés. Il constitue une approche nouvelle de l’architecture bruxelloise de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, mettant en évidence les hommes et les relations qui les lient. 360 pages Format 24 x 16,5 cm 482 ill. en quadrichromie Prix de vente: A 60
Paris
Le Papier peint Art nouveau Création, production, diffusion
Dates:1.1.2050-1.1.2999
Depuis son renouvellement en Angleterre, grâce à William Morris et aux créateurs du mouvement Arts and Crafts, jusqu’à l’émergence de l’Art nouveau en Europe continentale, le papier peint fut le lieu de toutes les attentions sur les scènes artistiques européennes. Dans le même temps, les fabricants et les dessinateurs spécialisés qu’ils sollicitaient adoptèrent progressivement une esthétique inspirée par l’Art nouveau, jusqu’à ce que ces motifs constituent une part majoritaire des collections commercialisées à partir de 1900. Grâce à une investigation menée au sein des milliers de modèles générés par l’industrie du papier peint, Jérémie Cerman aborde, dans cet ouvrage, de nombreux aspects du phénomène : l’activité des manufactures, les pratiques des ateliers de dessin industriel, le contexte de mise en vente de ces produits… Il montre notamment comment ces articles bon marché ont contribué à une très large diffusion du goût moderne dans les intérieurs de la Belle Époque : cette nouvelle esthétique est venue agrémenter le quotidien de toutes les catégories sociales. D’un style bien marqué par la modernité ou d’un goût parfois plus consensuel, les papiers peints répondirent dans une certaine mesure aux idéaux sociaux de l’Art nouveau.

 

With the support of the Culture Programme of the European Union